Depuis quelques années, le cyclotourisme semble réellement changer de braquet. Cette activité de plein air a pris le virage du rajeunissement et du renouvellement sans pour autant tourner le dos à ses fondements. En effet, accolée aux traditionnelles sorties du dimanche matin, une nouvelle tendance se développe chez les amoureux de la petite reine : Le tourisme à vélo. Cette nouvelle dimension apporte une véritable plus-value aux plaisirs de ce loisir. En effet, le vélo loisir, en sus de l’aspect « balade en pleine nature » et « pratique d’un sport », ouvre dorénavant vers ce nouveau mode de voyage tendance. Le cyclotourisme, fort de nouveaux parcours, et d’un vrai développement des infrastructures, vous offre une nouvelle façon d’envisager vos vacances. Il n’en fallait pas plus pour piquer la curiosité du courrier du sport.

 

Mais savez-vous vraiment ce qu’est le cyclotourisme ?

La première image mentale que nombre de personnes ont de cette pratique, c’est l’image d’Epinal d’un cyclotouriste monté sur un vélo bardé de sacoches. Vous en conviendrez, c’est extrêmement réducteur. Mais au delà de ce stéréotype, que savons-nous vraiment du cyclotourisme ? C’est d’abord et avant tout du tourisme à bicyclette. Être cyclotouriste, c’est partir à la découverte de destinations, de paysages en utilisant le vélo comme moyen de locomotion. Dans un second temps, et pour bien l’appréhender, il faut aussi comprendre que cette activité relève avant tout du loisir. La notion de plaisir imprègne bien plus la pratique que celles de compétition et de performance. Cependant, ne vous détrompez pas, elle n’en reste pas moins sportive.

Un cyclotourisme ou des cyclotourismes ?

Tout d’abord, sachez que le cyclotourisme n’est en rien monolithique. Il se décline, selon la distance couverte, la durée du voyage ou encore le type de matériel utilisé. Petit tour d’horizon:

crédit photo @ Richard_Bord / FFCTEn premier lieu, il y a la randonnée. Elle consiste en un trajet plutôt court d’une durée d’une journée ou d’une demi-journée. C’est, par exemple, une très belle manière de (re)découvrir le patrimoine naturel et/ou culturel composant son propre région. La vitesse « lente » qu’offre la pratique du vélo permet de reprendre le temps de se reconnecter à ce qui nous entoure. Ce type de randonnée constitue aussi une excellente porte d’entrée pour des non-initiés. Pour la randonnée, il n’est pas réellement nécessaire de posséder un équipement particulier. Il faut seulement veiller à partir avec un vélo en bon état, de quoi réparer une éventuelle crevaison, et enfin de quoi se ravitailler.

Ensuite, nous pouvons évoquer ce qu’on appelle la longue randonnée. Cette dernière consiste à parcourir une distance de plusieurs centaines de kilomètres sur plusieurs jours. Dans ce cas, deux pratiques peuvent être mentionnées. En premier lieu, les « cyclo-campeurs » qui partent avec un équipement de camping et du matériel de réparation bien plus complet. En second lieu, vous pouvez pratiquer la longue randonnée en préparant vos haltes dans des auberges et hôtels où l’on vous offrira le gîte et le couvert. Ce mode de randonnée permet de moins charger de matériel le vélo. Cependant, dans tous les cas, il faut toujours prévoir des vêtements adaptés pour faire face aux aléas météorologiques.

Enfin, ces deux types de randonnées peuvent être pratiqués soit sur route, soit en pleine nature sur les sentiers. D’ailleurs, dans ce dernier cadre, il convient de ne pas oublier les voyages ou raids à vélo. Ce tourisme nomade est en pleine expansion. Nourris par l’esprit d’aventure, certains mordus peuvent aller jusqu’à faire le tour du monde à bicyclette. Sans aller jusque là, il n’est pas rare de voir des cyclotouristes se lancer dans le tour d’un pays.

 

Pourquoi et comment devenir cyclotouriste ?

crédit photo @ Richard_Bord / FFCTLe cyclotourisme est multiple. Ainsi donc si vous aimez le vélo, si vous aimez voyager, et si vous aimez prendre le temps de découvrir, vous trouverez un cyclotourisme fait pour vous.  Et si c’est le cas, sans le savoir, vous êtes déjà un partisan du slow tourisme. A une époque où tout semble aller toujours plus vite, le vélo tourisme représente l’opportunité de reprendre le juste rythme afin de profiter de tout ce qui nous entoure.

Pas encore totalement convaincu ? Ce n’est pas un problème ! Continuons!  Cette pratique cultive son attachement aux notions de famille, de rencontres, de découvertes et de culture. Un bien beau cocktail -par exemple- pour des vacances sportives en famille. Cependant rien ne vous empêche de pratiquer en solitaire, en couple, ou encore entre amis.

Enfin comment ne pas aborder l’aspect « santé »? Quelque soit votre niveau de pratique le cyclotourisme est bon pour la santé. Cette activité sportive sollicite les fonctions musculaires, respiratoires, cardiovasculaires et cérébrales. De plus, le cyclisme est bien moins traumatisant pour le corps que la course à pied. Bref, vous vous offrez -plus qu’une simple activité physique- des vacances pleinement actives pour la tête et les jambes. Un cycliste débutant peut envisager sans difficulté de faire des étapes d’une quarantaine de kilomètres.

Quelques conseils pour débuter le cyclotourisme ?

Pour une première approche, pourquoi déjà ne pas commencer par le biais de la Fédération française de cyclotourisme. La FFCT est active sur le terrain et sur le web. Vous pouvez commencer par jeter un œil sur leur site web www.fftc.org et regarder si l’une de ses 3 100 structures se trouve près de chez vous. La fédération française de cyclotourisme propose -par exemple- depuis plusieurs années des initiations dans le cadre du dispositif « cyclo découverte » à destination des débutants.

Ensuite, pour bien aborder le cyclotourisme, il convient de toujours l’envisager comme un loisir. L’état d’esprit de départ doit demeurer le plaisir de pédaler à son rythme et de prendre le temps de profiter du patrimoine naturel et culturel présent au fil du voyage.

Préparez votre première randonnée

Vous vous sentez prêt pour votre première sortie ? A la bonne heure ! Ravi de vous avoir convaincu. Cependant, avant de monter en selle, quelques préparatifs s’imposent. Tout d’abord, préparez-vous un itinéraire en ayant bien conscience de la distance, du temps de parcours mais aussi du dénivelé. Ensuite, pour ne pas vous perdre, vous devez avoir une carte papier et/ou un GPS ou une application de localisation.

Le matériel du cyclotouriste

Parlons -tout d’abord- du vélo, élément plus qu’essentiel à la pratique. Le choix de ce dernier doit -bien sûr- être au centre de vos préoccupations. Choisissez-le robuste. En effet, outre les nombreux kilomètres qu’il devra avaler, il devra aussi soutenir le poids des bagages. Enfin, ne négligez pas le confort car vous passerez du temps sur cette bicyclette. Nous ne rentrerons pas dans les détails techniques, mais assurez-vous que votre vélo est adapté à votre morphologie que ce soit pour un VTT, VTC ou un vélo de route. A ce titre, n’hésitez pas à demander conseil à un marchand de cycles ou à des cyclotouristes confirmés.

cyclotourismeEnsuite côté accessoires, il existe des porte-bagages et des sacoches parfaitement adaptés à la pratique du cyclotourisme. Deux paires de sacoches étanches et volumineuses arrimées à l’arrière peuvent être un excellent début. En matière de matériel, le crédo pour un cyclotouriste est l’allègement de ses bagages. Ainsi, le matériel de camping se doit d’être léger, et  une vraie réflexion sur votre nécessaire de voyage doit être engagée. Qu’est-ce qui m’est utile ou non ? Avec l’expérience, vous serez de mieux en mieux équipé et de moins en moins « lourd ». Toutefois, l’outillage, les pièces de rechange ou une pompe à vélo peuvent difficilement être optionnels.

Enfin, si votre budget n’est pas extensible, vous rapprocher d’un club vous permettra de faire quelques économies en achetant du matériel de qualité d’occasion. Autre solution pour simplement tester le cyclotourisme des services tel que Be bike qui propose de la location de vélo entre particuliers.

 

Pratiquer le cyclotourisme dans quel cadre ?

Avant de devenir un expert du « bikepacking » et de partir à l’assaut des grands espaces, vous avez peut être d’abord envie de voir le cyclotourisme comme un moyen de pratiquer le slow travel. Faire du vélo tourisme c’est aussi un moyen de profiter des temps d’arrêt pour profiter de la gastronomie, de simples moments de détente au soleil ou encore de visites de monuments. Le cadre et l’organisation autour du cyclotourisme sont en pleine évolution et vous offrent, aujourd’hui, des belles perspectives de voyage en toute quiétude.

L’évolution des voies cyclables

En tant que cycliste -notamment lors de la pratique du vélo en famille avec de jeunes enfants- la question des itinéraires et des routes à emprunter se pose parfois. Dans ce domaine, en Europe et en France, le réseau de voies réservées (pistes cyclables, voies vertes et véloroutes) s’étend régulièrement. Ces voies spécialement aménagées permettent de pratiquer le cyclisme à l’écart des grands flux de circulation automobile. En 2020, l’objectif est d’atteindre 20 000 Kilomètres de voies cyclables.

En ce sens les opérateurs publics, les élus mais aussi les acteurs du tourisme ont bien saisi les potentialités économiques de cette tendance. Sachant qu’un cyclotouriste dépense en moyenne 70 € par jour.

Une qualité grandissante des structures d’accueil

Ainsi, dans ce domaine aussi, le cyclotourisme connaît une véritable évolution. De plus en plus d’hébergements s’adaptent aujourd’hui aux cyclistes. L’hôtellerie de plein air offrent de nombreuses opportunités. Certains cyclotouristes choisissent aussi de séjourner chez l’habitant. Au courrier du sport, nous avons eu un coup de cœur pour un type particulier de cyclotourisme. Amoureux de la petite reine, mais aussi bons vivants, nous avons découvert des séjours en itinérance avec des nuitées dans des hôtels voire en châteaux accompagnés de découvertes gastronomiques. Les bagages suivent même en voiture. Alors certes, on perd, peut-être, un peu de l’essence du cyclotourisme en privilégiant pour un certain confort. Mais ici au courrier, on aime à modifier certaines expressions populaires à notre avantage. Et ici, optera sans vergogne pour un « après l’effort…le confort »

Des exemples de circuits cyclotouristiques

crédit photo @ Richard_Bord / FFCTSachez en premier lieu, qu’il existe plus de 3 000 circuits sur le site internet veloenfrance.fr. Honnêtement, il est difficile de ne pas trouver son bonheur. A titre d’exemple, nous pouvons citer « la Loire à vélo » ainsi que la « Vélodyssée ». Vous l’avez compris plus haut, des circuits tout compris existent avec à la clef, le soir, de bons hôtels et de bons repas. Mais rien de vous empêche de construire votre propre programme.

Avouez, vous commencez à avoir des fourmis dans les jambes. Cependant, vous êtes conscient que vous avez besoin de vous entraîner un peu. Il existe sur le maillage des véloroutes  des parcours de 30/40 kilomètres. Idéal pour une petite sortie pendant le week-end, et vous mettre au cyclotourisme.

crédit photo @ Richard_Bord / FFCT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.