Les championnats du monde de Handball 2017 Les championnats du monde de Handball 2017 ont débuté en France depuis quelques jours. L’équipe de France de Hand fait office de grand favori de la compétition. Et c’est presque devenu une position naturelle pour cette équipe. Pourtant cela n’a pas toujours été le cas dans l’histoire du Handball français.

Le courrier du sport voulait donc revenir sur l’époque où le Hand français a commencé à éclore sur la scène européenne et mondiale. Retour au début des années 90 avec trois grands épisodes qui ont construit le Handball français et sûrement aidé à être ce qu’il est aujourd’hui.

 

1988-1993 : l’USAM Nîmes et les arènes

handballLorsque l’on repense à cette période c’est le club de Hand de Nîmes et le souvenir du 10 novembre 1990 qui revient en premier. En effet, l’USAM Nîmes jouait pour la première fois un match européen dans les arènes devant plus de 9 000 spectateurs.  Ce match s’était le 8eme de finale, un Nîmes – Benfica Lisbonne (victoire de Nîmes 31-23) et à la clef une qualification pour les quarts de finale de la coupe d’Europe des clubs champions. Cette image a marqué une génération avec un Usam, alors double champion de France. Pourquoi un souvenir si net et si fort ? La présence des caméras de Canal+ n’y est sans doute pas handball étrangère. Mais c’est aussi parce que sur le terrain nous avions pu voir un grand spectacle avec des joueurs tels que Stéphane Stoecklin, étincelant sur le côté droit, Christian Gaudin dans les buts, et Philippe Gardent au pivot, sans oublier Frédéric Volle. Des noms qui font sens à tous les fans de Handball. Au terme de cette saison en 1991, troisième titre de Champion en 4 ans. Leur parcours européen en Coupe des clubs champions s’achèvera face aux futurs vainqueurs, le FC Barcelone. En 1992, le parcours en Coupe des clubs champions se termine une fois encore en quart de finale. Cette saison-là est marquée par les blessures et le club termine quatrième. Mais en 1993, l’USAM remporte son quatrième titre en six ans.

 

 

1991-1996 : OM-Vitrolles l’étoile filante

L’autre club qui a mis le hand français en lumière durant le début des années 90, c’est l’OM Vitrolles. Dans l’ombre de l’OM de Bernard Tapie, son frère Jean-Claude Tapie fonde en 1991 le club de Hand de l’OM-Vitrolles. La progression est fulgurante et les ambitions et les budgets sont démesurés. Les plus grands joueurs français sont rapidement recrutés,  tels que Jackson Richardson, Philippe Gardent ou Eric Quintin. Les résultats arrivent rapidement et le club devient champion de France en 1994 et 1996, et glane 2 coupes de France (1993/1995). Mais surtout le club remporte surtout la Coupe d’Europe des vainqueurs de Coupes en 1993, le premier titre européen
de ce sport en France. L’année suivante, le club se hisse à nouveau en finale de cette compétition, mais échoue face au FC Barcelone. La belle histoire sera hélas éphémère, le club de l’OM Vitrolles dépose le bilan. L’aventure n’aura duré que 5 petites années…

Enfin, il serait injuste de ne pas rappeler que l’US Créteil atteignit la finale en Coupe des Coupes en 1989 tout en remportant le championnat de France.

1990-1995 : Les Barjots et leur handball un peu fou

Parallèlement à la réussite de ces clubs français, l’équipe de France de Handball se transforme et évolue en partant certes de très loin. En effet, en 1985, l’équipe de France se voit relégué  en division C. Daniel Costantini prend alors en main cette équipe. Sous son impulsion, en 1990 la France réintègre le groupe A mondial et grâce à un bon parcours au championnat du monde, la France arrache le droit de disputer un match pour la 9e place et surtout pour une qualification aux Jeux Olympiques de Barcelone face à l’Islande. Les Français vont remporter ce match (29-23) et se qualifier pour ce tournoi olympique. La légende commençait à s’écrire.

1992 : médaille de bronze au Jeux olympique de Barcelone

En 1992 à Barcelone, les bleus gagnent leur premier surnom : « Les bronzées » rapidement devenus « les barjots ».  Lors du premier match du tournoi, la France bat le pays hôte et favoris de l’épreuve : l’Espagne. Ils confirment en battant ensuite l’Allemagne, l’Égypte et la Roumanie. Les joueurs se distinguent aussi en se teignant tous en blond à l’occasion de la demi-finale face à l’ogre suédois. Ce sera hélas une défaite, mais ils parviendront à se remobiliser pour battre l’Islande à l’occasion du match pour la médaille de bronze. Et ainsi donner à la France sa première médaille dans une compétition internationale de handball.

1993 : Une place de vice-champion du monde

handball franceEn 1993, les Barjots se doivent de confirmer la performance de Barcelone. Ils feront même mieux que cela en atteignant cette fois la finale d’une compétion majeure. Ils tomberont 28-19 face à la  grande Russie de Dujshebaev. Auparavant, les bleus avaient notamment disposés des Espagnols, des Norvégiens ou encore des Tchèques.   Mais avec ce titre de vice-champion du monde, c’est surtout  leur surnom qui commence à prendre tout son sens avec leur état d’esprit particulier. Cette équipe montrait alors un certain penchant pour la fête et le bizutage montrant qu’il était possible de réaliser de grandes choses tout en gardant un état d’esprit d’amateur au sein du groupe.

1995 : champion du monde : le premier titre pour le hand français

Deux ans plus tard, et pour la première fois, la France devient championne du monde dans un sport collectif grâce aux barjots. Ils battront en finale la Croatie 23-19. Battant auparavant à nouveau l’Espagne mais aussi l’Allemagne en demi. Les débuts furent pourtant difficiles avec deux défaites en poule contre les Allemands et les Roumains et un petit bilan de 3V-2D. Mais la force -et parfois la faiblesse-  de cette équipe était de savoir élever son niveau de jeu selon l’adversaire.  Ce qu’ils firent pour décrocher ce premier titre.

 

 

Le Handball français que nous connaissons aujourd’hui doit beaucoup à ces trois grands histoires du débuts des années 90. Et il était important de revenir sur cette période afin d’apprécier d’autant plus les performances de nos bleus.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.